carte départements Finistère Côtes d'Armor Morbihan Ille-et-Vilaine Finistère Côtes d'armor Morbihan Ille-et-Vilaine

Outil d’aide pour la mise en œuvre d’une démarche globale d’éducation au développement durable en collège ou en lycée - Outil destiné au chef d’établissement


Préambule

L’établissement en démarche de développement durable (E3D) s’engage dans un processus visant la réalisation d'un programme d'actions en faveur d’une éducation au développement durable. Ce programme passe essentiellement par l'amélioration du fonctionnement des infrastructures, la mobilisation de la communauté scolaire dans des démarches éducatives et la prise en compte du développement durable dans les propres pratiques professionnelles de ses différents acteurs. Ces entrées sont à envisager dans une perspective systémique c’est à dire dans une démarche globale.

L’agenda 21 scolaire propose une méthodologie, parmi d’autres, susceptible d’aider un collège à entrer dans cette démarche globale.

La dimension établissement

Un projet de développement durable implique de questionner les trois piliers classiques du développement durable : environnemental, économique et social. Ces trois dimensions devraient être déclinées à l’échelle de l’établissement. L’EPLE constitue « l’unité privilégiée de mise en œuvre de l’EDD ». Il fournit un terrain propice au développement d’actions dans lesquelles la totalité des acteurs peut s’impliquer et se retrouver. (L’EDD dans l’établissement de second degré, Eduscol, http://eduscol.education.fr/D1185/etablissement_accueil.htm, 26/06/2007)

Ce triptyque implique la responsabilisation de l’ensemble de la communauté éducative (équipe pédagogique, élèves, personnel d’éducation, administration et agents des collectivités) à travers un processus pluridisciplinaire, chaque action pouvant relever de plusieurs disciplines, en lien avec le fonctionnement et les pratiques de l'eple.

L’agenda 21 scolaire est un projet fédérateur qui doit susciter la participation et l’adhésion de tous.
Il est un outil de mise en cohérence des actions concrètes.
Il doit permettre la pérennisation de ces actions et leur évaluation.

Dans ce cadre, le chef d’établissement et son équipe ont un rôle fondamental d’accompagnement, de mobilisation des ressources, d’impulsion de la réflexion collective. Ils régulent les initiatives des différents acteurs.

L’intégration du projet EDD au projet d’établissement est LA condition de réussite de la mise en œuvre d’une démarche globale E3D.

Pour mobiliser les diverses ressources dont dispose l’établissement, de nombreux leviers doivent être actionnés : conseil d’administration, conseil pédagogique, CESC… L’ouverture au territoire, collectivités territoriales de rattachement, partenaires locaux (associations, fournisseurs, groupements d’achat…) et acteurs institutionnels, que ce soit au niveau académique ou départemental est incontournable.

L'élève

L’objectif essentiel est la formation de l’élève. Cela implique de se centrer sur la vocation éducative d’une démarche de développement durable, démarche propre à développer l’esprit critique et citoyen des collégiens. En ce sens, l’éducation au développement durable constitue une expression moderne de l’humanisme (pilier 5 du socle commun).

Plus généralement, les démarches mises en œuvre contribuent à la construction des compétences du socle commun sur l’ensemble des piliers, tout en offrant un terrain particulièrement favorable au développement des compétences sociales et civiques du pilier 6 et l’autonomie et l’initiative du pilier 7.

Se pose la question de l’évaluation : qu’apportent réellement à chaque élève les démarches de type E3D engagées ? Sur le modèle de l’indice de développement humain (IDH) il y aurait sans doute lieu d’imaginer un « IDE » (Indice de Développement de l’Elève) qui croise un certain nombre d’indicateurs. Pour un élève, un indicateur isolé n’a en soi aucune signification. Pour l’établissement, le choix des indicateurs à croiser relève d’une réflexion partagée à l’interne en fonction du contexte qui lui est propre. Choix qui doit s’inscrire dans l’idée de parcours du collégien, en intégrant les notions complexes touchant à la fois à l’épanouissement personnel de l’individu et aux attentes de la société.

La démarche

Une vigilance sur un certain nombre de points s’impose :

  • les représentations implicites des différents acteurs,
  • l’implication et la pluralité d’acteurs dans l’élaboration du projet d’établissement,
  • la prise en compte de la dimension économique reposant sur une rationalisation des moyens et des dépenses,
  • l’ouverture sur le territoire notamment dans le cadre d’une collaboration étroite avec la collectivité de rattachement,
  • la dimension pluridisciplinaire et la vocation humaniste des projets pédagogiques.

L’ensemble de ces préoccupations doit être à même de générer à l’échelle de l’établissement une démarche « naturelle » pour les élèves. Ainsi, l'implication de la diversité des acteurs de la communauté éducative dans une démarche EDD contribue à l'amélioration perpétuelle de l'organisation des enseignements et du fonctionnement de l'EPLE, de type démarche-qualité.

La première phase de la mise en œuvre de cette démarche consiste bien à définir le projet qui doit correspondre à un acte fort d’engagement de toute la communauté éducative. Cela implique d’identifier une structure de pilotage qui peut être un comité de pilotage spécifique ou intégrant une instance déjà existante.

Il s’agira ensuite d’aborder un certain nombre d’étapes. Celles-ci ne sont pas enfermées dans une chronologie rigoureuse ; des va-et-vient sont toujours possibles entre elles.

1 - Définition des objectifs

  • réalisation d’un état des lieux global y compris le repérage des « réflexes » EDD de l’EPLE,
  • identification des conditions préalables à la réussite du projet,
  • repérage de thématiques principales à retenir dans un premier temps

2 - Elaboration de l'agenda 21 scolaire

  • programmation d’actions et établissement d’un calendrier,
  • définition et conception d’outils de suivi,
  • formalisation sous forme écrite,
  • mise en place de modes d’information et de communication

3 - Mise en oeuvre de l'agenda 21 scolaire

  • réalisation des actions,
  • évaluation dans une optique d’amélioration continue (type « démarche qualité »

Pour réussir, la démarche gagnera a être modeste et réaliste : « avoir l’ambition d’être modeste ». Elle conduira aussi à interroger les allants de soi des pratiques de l’établissement.

Le tableau proposé sur la page suivante a pour objectif de permettre au chef d’établissement d’effectuer un « état des lieux » du collège en termes d’actions et projets menés en EDD mais aussi en termes d’acteurs mobilisés et de leviers utilisés.

Si un tel tableau permet de repérer des dynamiques d'éducation au développement durable, il ne tient pas compte de la dimension temporelle de ces dynamiques : depuis combien de temps un projet existe ? Les projets repérés sont-ils pérennes ? C'est pourtant un aspect qu'il ne faudra pas négliger.

Par ailleurs, pour mieux s'approprier cet outil, il est fortement conseillé de le mettre en perspective avec les indicateurs (IPES par exemple) et toutes les données propres à identifier la structure de l'établissement.

Tableau "Acteurs / Projets"

 

Le tableau proposé a pour objectif de donner une représentation graphique de "l'état des lieux" de l'EDD dans l'établissement.

Il existe sous deux versions : pour les collèges et les lycées.

A télécharger
Tableau version Collèges 20 Kb 7 juin 2011
Tableau version Lycées 44 Kb 7 juin 2011
Notice : Principe de base de lecture du tableau

Introduction

On entend par le mot « projet » la mise en place d'une action impliquant des acteurs de l'établissement et dépassant la simple application des textes officiels ou des programmes des disciplines du collège.

On entend par « acteur » une personne ou un ensemble de personnes de l'établissement qui encadrent, pilotent ou animent un projet.

On peut lire séparément les deux parties du tableau : l'articulation acteurs/projets ; l'articulation acteurs/filtres DD. Il s'agit de repérer visuellement, grâce aux croix, ce qu'on peut appeler des dominantes : lignes, colonnes, îlots.

Articulation "Acteurs / Projets"

Une ligne avec des croix est le signe qu'un acteur agit selon une diversité de projets susceptibles de générer une dynamique d'éducation au développement durable.
Une colonne indique inversement qu'une diversité d'acteurs est impliquée mais dans un seul type de projets.
Un îlot fait apparaître que tout un pôle d'acteurs est impliqué mais dans une seule dominante de projets.

Dominantes   Opportunités   Obstacles
Lignes isolées - Modèle ou méthode à suivre pour atteindre un processus qui couvre une grande partie des champs du développement durable.
- Réfléchir aux moyens de rendre les activités de ces équipes plus « perméables » et aux moyens d'améliorer la communication de ces mêmes activités
- Des équipes travaillent de manière isolée.

Prépondérance de colonnes   - Capacité à traverser tous les pôles de l'établissement et à produire un processus interdisciplinaire.   - Focalisation d'un établissement sur des thèmes de travail au détriment d'autres.

Prépondérance d'îlots   - Isolement d'un pôle d'acteurs dans un ensemble cohérent de projets.   - Modèles de communication exploitables, applicables et susceptibles de créer des méthodes pour atteindre un objectif global.

Articulation "Acteurs / Filtre DD"

Une ligne met en valeur le travail d'un acteur dans une optique de développement durable.
Une colonne met en valeur un projet lié à un axe particulier du développement durable et mobilisant ensemble plusieurs acteurs du collège.
Un îlot indique qu'un pôle d'acteurs travaille un des piliers du développement durable.

Dominantes   Opportunités   Obstacles
Lignes - Modèle potentiel de processus couvrant tous les champs du développement durable

- Isolement d'un acteur
- Manque de partage ou de communication


Colonnes   - Focalisation sur des thèmes précis ou isolés.   - Processus sollicitant l'ensemble de l'établissement.

Îlots   - Isolement de certains projets et équipes.   - Possibilités d'extension d'un processus engageant plusieurs acteurs selon une démarche cohérente.